3 juillet

désirer dire
qu’au cœur de la bibace
une fois du tranchant des ongles tirée la peau
orange et duvetée
et du bout des lèvres ou des dents la chair juteuse
fraîche et acidulée
apparaissent de si gros pépins
qu’on dirait des noyaux
dont la souple écorce d’un brun chaud luisant de suc et de salive
fendue
révèle une chair jaune pâle et acide
mate et dure
(les traités de botanique apprennent qu’elle contient
de l’acide cyanhydrique
si toxique
qu’à faible dose déjà
mortel)
mais jeter l’éponge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*