31 mai

déjà écrit que la lumière

embouche la rue d’Orsel

et y claironne le soleil

des matins de mai

écrit déjà que je la dégringole

la rue d’Orsel ou d’or soleil

devrais-je dire à bicyclette

et que ma pensée

brinquebale sur les pavés

déjà conté que ma sonnette

à tant tintinnabuler

parfois fait se retourner

un chien qui promène son maître

ensommeillé déjà écrit

que mon poète

ne sait que se recommencer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*