29 décembre

il arrive que le couteau

d’une main soudaine

cherche l’autre

et la trouve

et que ça saigne

 

je suis je sais la bête

dont le nom nul ne connaît

ni le cœur ni l’être

ni de la mort le venir

et même ceci lisant

ne connaîtra la vie

qu’elle vit n’est pas

la sienne esseulée

celle que j’écris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*