16 octobre

et se pressaient alors à la gloire d’un instant les traceurs de routes désertes les bâtisseurs de maisons vides les planteurs d’arbres sans ombre comme des fourmis au cadavre d’un lézard vert

se pressaient au baiser de la vie à la mort avidement presque avec joie j’en étais petit poète cumulatif au souffle bref je prenais mon tour que je comme les autres pensais mon dû mon tant attendu

et les nombreux les innombrables les dans le nombre engloutis les n’ayant jamais su compter sur les doigts de leurs mains ni sur le reste d’eux-mêmes avec moi se pressaient se poussaient

se montaient disons-le dessus les poissonneux la bouche obscure ouverte à la lumière à la justice à l’amour à la minute de gloire mais pas mais surtout pas à l’hameçon déchirant de la vérité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*