13 octobre

trouver

seulement en regardant les arbres

(un seul suffit)

la décompagnie des humains

le temps déperdu

ce blog en équilibre au bord de se dédire de la promesse de vous trouver lectrice et lecteur presque au bout de verser la poésie dans l’art solitaire de vivre l’acte inconnu de résistance l’exil volontaire et ce langage que ne partagent pas même les oiseaux le silence seulement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*