11 septembre

sortir du ventre de la nuit plié

en bandelettes la pensée

à la fenêtre vérifier

que le feuillage des platanes de toujours est là

qui tripote la lumière des réverbères et que les voitures

font en passant ce chuintement de caoutchouc

qui rappelle le roulement

des vagues et que dans ce qu’il reste de silence

l’horloge enfonce les secondes oui

les secondes non

et que donc je demeure au monde

ordinaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*