28 août

il vint un temps où les poètes se multiplièrent à la vitesse qu’on ne connaissait jusqu’alors qu’aux bêtes nuisibles et où leur activité crut au point que même les moins prolixes d’entre eux peinaient à lire les vers qu’ils écrivaient, tandis que d’autres espèces animales s’épuisaient, un temps où même à ceux qui le possédaient, le sol s’apprêtait à manquer, un temps où le grand organisme de la surface terrestre qu’on avait jusqu’à présent regardé comme le décor docile des actions humaines les plus déréglées, se montra à son tour capable de dérèglement, un temps où ce qu’il fallait penser et faire débordait de partout ce que l’homme était capable de faire et de penser, un temps d’horizons cousus et d’avenirs minuscules, et l’on vit alors à la tête de nations catastrophiquement influentes des hommes que les plus vastes bestiaires des fabulistes et les crayons les plus acérés des caricaturistes étaient impuissants à figurer tant leur vanité, leur aveuglement aux besoins collectifs, leur addiction aux privilèges du pouvoir et la corruption de leur conscience excédaient les moyens connus de représentation, au point même qu’on ne voyait comment les peindre autrement que morts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*