31 juillet

d’où leur venait

déposée comme une brassée

de fleurs fanées

cette tristesse cet abandon

et d’où la folle ivraie

de la division

 

en vers mettre les oiseaux

noirs les étranglements

sourds des tambours

de catastrophe et les

comptes aux canines

cruelles les tenir les re

tenir les accélé

rire que le grand

grincement soit en

rythme au moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*