7 juillet

à toi l’inconnu qui ce matin t’enquis auprès de moi de la direction de la porte de la Chapelle et à qui j’indiquai ton chemin et précisai qu’à pied, comme tu marchais d’un bon pas, tu en avais pour une demi-heure, et qui alors me rétorquas : d’un bon pas ? c’est quoi ça ? c’est limite raciste
s’enrouler sur soi-même avec les ans nymphose

regarder du même intérieur la vie renversée la vie

offerte également rire et pleurer de la foule

en soi des vivants les plus orgueilleux les plus

humbles même aux connards dans la métamorphose de la vie

incertaine en poème laisser du temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*