5 juillet

ta douleur tu la nommas d’abord clou magnifique
il te ficherait en croix sous le regard sans solution des temps
puis cheval animal écarlate
il t’emporterait aux altitudes verdoyantes de la joie
puis source enfin révélée du Nil de tous les chants
elle t’apprendrait le cantique des carpes
mais elle n’était rien de cela
seulement ta douleur
un empêchement
à ramasser ta cuiller
tombée à terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*