27 juin

rien d’autre ici qu’un art

poétique

accru chaque matin dès avant l’aube du

petit peuple désespoir ou joie

selon qui le premier se lève et

se présente à qui dit je rien

qui n’est pas rien qu’un art

de vivre poétique

et de mourir sur le bûcher

de quelques mots liés en fagots

 

stances

résistance

quotidienne

à l’effacement

des vivants

 

dans la cabane
à l’abri à
l’affût
 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*